La galère !

La neige qui est tombée avant-hier était très lourde. Certaines branches d’ar­bustes sont encore bien cour­bées vers le sol bien qu’une bonne partie de cette neige ait fondu (il en reste encore proba­ble­ment 10 cm au sol par endroits), d’autres sont proba­ble­ment cassées, je n’ai pas pris le temps d’al­ler véri­fier, il fait froid.

La rue est vergla­cée, impos­sible de sortir en voiture, aucune n’étant équi­pée de pneus hiver. Peut-être vais-je mettre ceux de la Clio, car avec cette neige précoce, avoir un rendez-vous au garage risque d’être diffi­cile. Je l’ai fait à l’au­tomne dernier ou au prin­temps : un jour par roue ! Me pencher pour commen­cer à dévis­ser, trou­ver où posi­tion­ner le cric, lever la voiture, démon­ter la roue et la rempla­cer : j’en ai pour au moins une jour­née à récu­pé­rer, entre le souffle et les douleurs muscu­laires et rachi­diennes.

Le ciel était très clair ce matin, il est au contraire très nuageux en ce moment. J’es­père qu’il ne neigera pas de nouveau !

Avant-hier soir donc, vers 20h15, coupure de courant, retour quelques secondes puis arrêt défi­ni­tif. Comme ça arrive de temps à autre, nous avons attendu. Hélas ça a duré. La maison étant 100% élec­trique, plus de lumière, plus de chauf­fage, plus de télé pour s’in­for­mer, plus de télé­phone fixe, heureu­se­ment le portable fonc­tionne toujours. Impos­sible aussi d’ou­vrir la porte du garage (enfin si, mais on n’au­rait pu la refer­mer), mais bon, les pneus été de la voiture inter­disent tout essai de rouler sur la neige ou le verglas. Il restait l’es­poir que ça revienne un peu plus tard. Un coup de fil à notre four­nis­seur d’élec­tri­cité nous informe que tout est mis en œuvre pour, etc. et que je peux télé­char­ger une appli pour suivre l’évo­lu­tion. Je ne le fais pas tout de suite...

Mauvaise nuit. Réveillé vers 3 h, je constate que le courant n’est toujours pas revenu. Nous nous levons vers 8 h : toujours rien, nous sommes dans le noir, seuls le fenes­tron de la salle de bains et la vitre dépo­lie qui orne la porte d’en­trée nous donnent un peu de clarté. Je tente le télé­char­ge­ment de l’ap­pli et constate qu’il n’y a plus de réseau mobile : impos­sible donc d’ap­pe­ler à l’aide en cas de pépin.

Petit déjeu­ner froid, puisque rien ne fonc­tionne pour chauf­fer quoi que ce soit. Vers 11 h, le courant revient, juste le temps de nous lais­ser ouvrir les volets du séjour, puis se coupe de nouveau. Le soleil brille et nous chauffe à travers les vitres, c’est déjà ça de gagné ! Nouveau retour de quelques secondes une demi-heure plus tard. Fina­le­ment, le courant revient de manière stable vers 12 h 30. Pour éviter toute surcharge au retour, j’avais coupé le chauf­fage. Le déjeu­ner de midi a lui aussi été froid, autant ne pas prendre le risque qu’une nouvelle coupure inter­vienne. J’ai attendu un moment pour remettre en route le chauf­fage. La tempé­ra­ture était descen­due au-dessous de 17°, mais la tension faisait que nous n’avions pas vrai­ment froid. Il n’au­rait pas fallu que ça dure, cepen­dant.

Malgré le retour du courant, la box signale une erreur de réseau et refuse ma connexion. Toujours pas de réseau mobile non plus... Ce n’est qu’à l’ap­proche de 16 h que la connexion mobile et celle pour Inter­net rede­viennent fonc­tion­nelles.

Nous serons restés un peu plus de seize heures sans élec­tri­cité, près de vingt sans inter­net : dur ! Mais je pense à ceux qui, à cette heure, soit trente-six heures plus tard, sont encore dans le noir !